Atherton Tablelands, the Rainforest… under the rain

Notre premier contact avec la Rainforest s’est fait à Atherton Tablelands, au sud de Cairns. Je vous annonce d’emblée la couleur, je n’ai jamais vu tomber autant de pluie que le jour où nous avons fait cette excursion ! Marchez deux minutes dehors et, K-way ou pas, le résultat est le même que si vous aviez décidé de plonger dans l’eau tout habillé ! D’ailleurs je m’excuse d’avance pour la qualité des photos de mon petit appareil waterproof, qui sont assez floues…

Pour cette excursion, on nous avait conseillé de passer par Active Tropics Explorer, qui proposait une offre à 95$ pour deux personnes (cheap !). Au programme de la journée : des baignades essentiellement (on savait que la pluie ne serait donc pas trop gênante). Voici un petit aperçu de ce que l’on a pu voir ce jour-là…

Notre premier arrêt s’est fait au Babinda Boulders Devil’s Pool. C’est à deux pas de la petite ville de Babinda (quel hasard !), connue pour être l’une des plus pluvieuses d’Australie. Ses habitants assument totalement ce statut et chaque bâtisse de la ville est joyeusement agrémentée de peintures de parapluies.

Pour les aborigènes de la région, Babinda est un endroit sacré. Une légende du Temps du rêve s’y serait passée : celle de la tragique histoire d’amour entre la belle et mariée Oolana et un jeune guerrier d’une autre tribu, Dyga. Les deux amants se seraient enfuis pour vivre leur romance, mais auraient rapidement été retrouvés par leurs tribus respectives. Sachant qu’elle ne verra plus son véritable amour, Oolana s’échappa et se jeta dans les eaux de ce que l’on appelle aujourd’hui The Devil’s Pool.

Depuis, l’esprit d’Oolana, toujours à la recherche de Dyga, attire de temps à autre un jeune homme dans les eaux glaçées de la rivière. On y a recensé 17 morts depuis 1959, la dernière ayant eu lieu en 2008. Et étrangement, toutes sauf une, concernent des jeunes hommes.

J’ai filmé l’entrée de The Devil’s Pool, ça vous donne aussi une petite idée de la pluie torrentielle à laquelle on a eu le droit !

Après cette joyeuse histoire, nous nous sommes rendus aux Josephine Falls, où a eu lieu notre première baignade : on pouvait faire des glissades sur un immense rocher dans la rivière. Faites attention où vous tombez, les remous peuvent être redoutables !

Après quelques moments forts en émotions, il est temps de reprendre la route. Nous nous sommes rapidement arrêtés au Crawford Lookout, duquel on peut admirer la vue sur la North Johnstone River (ici couverte de brume).

Et ce n’est qu’aux Millaa Millaa Falls, que les moins frileux du groupe ont pu se jeter de nouveau à l’eau. De mon côté, j’avoue qu’à ce moment-là ma motivation à me baigner était au point mort…

Après le déjeuner (non compris dans l’excursion, by the way…), petite balade digestive jusqu’au Mont Hypipamee Crater et aux Dinner Falls.

On ne se rend pas du tout compte avec les photos mais le cratère fait 61 mètres de diamètre et 82 mètres de profondeur. C’était assez impressionnant !

Ce jour-là a aussi été l’occasion de voir l’un des plus impressionnants arbres de la région : le Curtain Fig Tree.

« Le Curtain fig tree fait partie des «figuiers étrangleurs», l’espèce Ficus virens. Normalement ces figuiers germent sur un autre arbre et essayent de faire des racines dans la terre. Une fois cette importante étape effectuée, le figuier grandit vigoureusement, tuant finalement l’arbre hôte. Il grandit ensuite indépendamment. » — Wikipédia

Je trouve qu’on ne s’en rend pas compte de l’ampleur de la chose avec les photos, on est vraiment minuscules à côté de l’arbre. On est émerveillé, captivé, face à ce prodige de la nature. Le Curtain Fig Tree est définitivement une des choses que j’ai préféré voir ce jour-là !

Enfin, dernière étape de la journée : le lac Eacham, qui s’est formé il y a près de 12 000 ans dans un cratère volcanique.

Comme c’était la dernière occasion de se baigner aujourd’hui, j’ai fait partie des trois motivés qui s’y sont aventurés. Et bien je ne l’ai pas regretté. L’eau était étonnamment tiède, très agréable par ce temps frisquet, et la pluie formait des centaines d’arabesques à la surface de l’eau. C’était incroyable de se baigner seule ainsi en plein milieu !

On y a aussi vu de toutes petites tortues tellement adorables que j’ai sérieusement envisagé d’en kidnapper une ! (Oui je sais, j’ai un problème avec les tortues…)

Quelques jours après les Tablelands nous avons continué notre découverte de la Rainforest à Cape Tribulation, où nous avons eu du beau temps cette fois-ci ! Je vous dis donc à bientôt pour plus de détails !

Publicités

5 réflexions sur “Atherton Tablelands, the Rainforest… under the rain

  1. Pingback: Une escapade à Palm Cove | Let's feel infinite

  2. Pingback: Cairns, connecting the world with the Great Barrier Reef | Let's feel infinite

  3. Pingback: Cape Tribulation: where the rainforest meets the reef | Let's feel infinite

  4. Pingback: Le parc national de Litchfield | Let's feel infinite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s