La splendeur des ruines d’Ayutthaya

Prêts pour une nouvelle escapade en Thaïlande? Cette fois-ci, je vous emmène à Ayutthaya, ancienne capitale du royaume thaï, qui fût anéantie vers 1767 par les armées birmanes. Située au confluent du Chao Phraya et de Pa Sak, la ville forme une île et regorge de sites qui valent le coup d’œil (plus d’une quinzaine au total).

Wat Phra Mahathat

A votre arrivée, impossible de rater les nombreuses boutiques de location de vélos qui font face à la gare. C’est le moyen de transport recommandé pour parcourir la ville, et il est certainement plus économique que le taxi que nous avons réservé pour la journée… Ici, les taxis et tuk-tuks sont très agressifs en termes de prix, ce qui est certainement dû à la forte affluence de touristique en ces lieux.

Par manque de temps, nous n’avons pu voir qu’un certain nombre de temples de la ville. Et c’est le Wat Yai Chai Mongkhon que nous avons choisi de visiter en premier. Ce temple se remarque de loin grâce à son imposant chedi de 62 mètres, construit à la demande du roi Naresuan pour célébrer une importante victoire sur les armées birmanes.

Wat Yai Chai Mongkhon

Wat Yai Chai Mongkhon

Wat Yai Chai Mongkhon

J’ai beaucoup aimé l’architecture du temple, et notamment les rangées de statues de Bouddha qui entourent le chedi. C’est aussi dans ce temple que j’ai remarqué pour la première fois, que les bouddhistes avaient pour tradition de recouvrir les statues de feuilles d’or au cours de leurs prières à Ayutthaya.

Prochaine étape du parcours : le Wat Phra Mahathat, peut-être le temple que j’ai préféré à Ayutthaya. Presque entièrement détruit par les birmans, il n’en reste que des ruines. L’armée birmane a fait preuve d’un tel acharnement lors du saccage, qu’elle a été jusqu’à décapiter quasiment toutes les statues de Bouddha de l’enceinte. Une des particularités de ce temple est d’ailleurs la tête de Bouddha qui s’est retrouvée enchevêtrée dans les racines d’un arbre. La légende veut que lors de l’attaque, une des têtes décapitées aurait roulé jusqu’au pied d’un arbre et celui-ci l’aurait alors recueillie dans ses racines.

Wat Phra Mahathat

Wat Phra Mahathat

Wat Phra Mahathat

Autre incontournable de la ville d’Ayutthaya, le Wat Phra Si Sanphet, temple royal à l’époque où Bangkok n’était pas encore la capitale du pays. Comme le reste de la ville, ce temple a été détruit par les birmans. Trois chedis emmergent cependant des vestiges et sont devenus le symbole du Wat Phra Si Sanphet. Très beau, je l’ai quand même trouvé moins intéressant que les autres, j’ai donc un peu de mal à comprendre un tel engouement pour ce site…

Wat Phra Si Sanphet

Wat Phra Si Sanphet

Wat Phra Si Sanphet

Et maintenant, au tour du Wat Phra Watthanaram, qui n’est pas sans rappeler le temple khmer d’Angkor. Lui aussi fût construit pour célébrer une victoire, mais cette fois sur une partie du Cambodge. Vous pouvez grimper le chedi central, mais je vous préviens, mieux vaut ne pas avoir le vertige ! Très abrupte et sans réelle bordure pour se tenir, j’ai presque regretté le périple quand je me suis rendue compte qu’il n’y avait rien d’autre à contempler que la vue sur les environs.

Wat Phra Watthanaram

Et pour terminer notre visite d’Ayutthaya, voici le Luang Pho Tho, un immense Bouddha assis que l’on peut voir en visitant le Wat Phanam Choeng. Mesurant près de 20 mètres de hauteur, cette statue est tout simplement impressionnante.

Wat Phanam Choeng - Luang Pho Tho

Dans la foulée, j’en profite pour vous parler d’une autre destination relativement proche de Bangkok et très appréciée des touristes : le pont de la rivière Kwai, rendu célèbre par le roman de Pierre Boulle et son adaptation cinématographique.

Pont de la rivière Kwai

Ce pont de bois faisait partie d’un immense projet de voie ferrée de 415 km, reliant la Thaïlande et la Birmanie, et dont le but était de permettre au Japon d’étendre leurs conquêtes en Asie malgré le blocus maritime des Alliés. Il a été construit grâce au travail forcé de plus de 60 000 prisonniers de guerre et 300 000 ouvriers asiatiques, dont la plupart ont succombé à la maladie, la malnutrition ou aux mauvais traitements qui leur étaient infligés. Il était en effet admis, selon le code d’honneur des samouraïs, qu’un homme qui s’était rendu à son adversaire avait perdu toute dignité humaine. Du fait de son histoire, le lieu est devenu un lieu de pèlerinage. Aujourd’hui, des excursions y sont souvent proposées, combinant un trajet à bord d’un train d’époque sur cette ligne, un tour en radeau et une balade à dos d’éléphant (oui c’est un peu le piège à touristes typique, mais bon…).

Pont de la rivière Kwai
K3

Et voilà pour aujourd’hui ! Le compte rendu de ma semaine en Thaïlande touche à sa fin, il ne me reste plus qu’à vous parler de Chiang Mai. En attendant, bon week-end à tous !

Publicités

2 réflexions sur “La splendeur des ruines d’Ayutthaya

  1. Beauté et romance avec de nombreux choix, vous vous sentirez ces choses quand vous venez à cet endroit. La photo que vous avez fournie est très agréable, vos expériences pour le voyage m’aident à être inspiré pour le prochain voyage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s